Le denier de Charlemagne à Philippe-Auguste

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le denier de Charlemagne à Philippe-Auguste

Message par Le Nain le Jeu 1 Mai - 1:02

Puisque j'ai pu constater que tout le monde ici était amateur de monnaie réelle, alors que je suis plus intéressé par ses variations au cours des siècles avec les implications que celles-ci induisent, je vais faire un petit topo sur la valeur du denier durant la majeure partie du Moyen-Age. Désolé si vous le savez déjà, il vous suffira de zapper.

C'est Charlemagne qui réforma profondément la monnaie. Celle-ci était déjà d'argent depuis la fin du VIIème siècle, la frappe de l'or ayant été abandonnée pour des raisons que l'on ignore,mis à part quelques émissions de prestige qui ont peu circulé.

Vers 790, Charlemagne change le poids de la Livre, qui passe de la valeur romaine de 326,33g à 489.5g, avec une frappe de 264 deniers à la livre à 96% d'argent. Son fils Louis le Pieux ne frappera qu'à 240 deniers à la Livre, fixant ainsi un système qui durera jusqu'à la Révolution en France et 1971 chez nos voisins Anglais avec une livre à 20 sous et le sou à 12 deniers, soit 240 deniers pour une Livre, qui ne sera en France qu'une monnaie de compte.

Au temps de Louis le Pieux, un denier pesait environ deux grammes, sous Hugues Capet, un gramme et demi pour la même quantité de fin pour les deux, 23/24ème. A la fin du règne de Philippe-Auguste, il ne pèse plus qu'1,3 g pour environ 50 % de fin, et vers 1250 il ne comporte plus que 0.35 g de fin. C'est à dire que la monnaie à perdu plus de 80 % de sa valeur en quelques siècles.

Vous me direz que ce n'est pas bien grave et qu'on a connu pire au XXème siècle, ce qui est vrai. Mais cet affaiblissement de la monnaie va contribuer au bien-être du paysan et à la ruine du seigneur. A un certain moment, vers la fin du XIème siècle, pour partir en Croisade, des seigneurs convertirent les redevances en nature en argent. Mais ne connaissant pas l'inflation, ils omirent de préciser des clauses de révision de celles-ci en cas d'afaiblissement de la monnaie. Ce qui fait que la facture du paysan s'allégeait à chaque affaiblissement de la monnaie, et que le segneur peinait à joindre les deux bouts dans une économie qui devenait de plus en plus monétaire. On aboutit ainsi à la ruine de la petite noblesse au XIIIème siècle.

C'est aussi pourquoi le jour où vous trouvez un denier carolingien, il brillera plus qu'un denier de Louis VI ou Louis VII, il contient plus d'argent.
avatar
Le Nain
Moderateur
Moderateur

Messages : 3483
Points : 3637
Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le denier de Charlemagne à Philippe-Auguste

Message par Polo31 le Jeu 1 Mai - 9:48

Super intressant, merci pour ce beau post. C'est vrai que les deniers caro brillent bien...
avatar
Polo31
Jedi
Jedi

Masculin Messages : 5944
Points : 6291
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 40
Localisation : Toulouse

http://le-feu-de-camp.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le denier de Charlemagne à Philippe-Auguste

Message par Invité le Jeu 1 Mai - 15:27

Très instructif merci!
Ce qui m'étonne le plus avec les monnaies carolingiennes, c'est qu'ils ne fonctionnaient qu'avec 2 "faciales" : les deniers et les oboles. Ce qui est plutôt embryonnaire pour un système monétaire. Alors se servaient-ils de leurs monnaies uniquement pour ce qu'ils ne pouvaient payer en nature ou en troc?


Dernière édition par matelot le Jeu 1 Mai - 15:40, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le denier de Charlemagne à Philippe-Auguste

Message par Polo31 le Jeu 1 Mai - 15:34

bonne question, d'autant que nous ignorons effectivement l'usage de ces monnaies
avatar
Polo31
Jedi
Jedi

Masculin Messages : 5944
Points : 6291
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 40
Localisation : Toulouse

http://le-feu-de-camp.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le denier de Charlemagne à Philippe-Auguste

Message par Le Nain le Jeu 1 Mai - 15:50

Le troc doit être le mode le plus répandu, sous Charlemagne on sait qu'un cheval valait trois vaches, ce genre de choses. Avec la dépréciation de la monnaie, le denier deviendra de plus en plus usité. Mais on ignore à peu près tout des monnaies de billon. Des pièces romaines ont du circuler longtemps, après tout, on trouvait encore de la petite monnaie de Louis XV sous Louis Philippe.

_________________
Huic superes tu qui superes successor honoris ;
Degener es si degener a laude prioris.

Epitaphe du roi Louis VII.
avatar
Le Nain
Moderateur
Moderateur

Messages : 3483
Points : 3637
Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le denier de Charlemagne à Philippe-Auguste

Message par Polo31 le Jeu 1 Mai - 15:57

Le Nain a écrit:Le troc doit être le mode le plus répandu, sous Charlemagne on sait qu'un cheval valait trois vaches, ce genre de choses. Avec la dépréciation de la monnaie, le denier deviendra de plus en plus usité. Mais on ignore à peu près tout des monnaies de billon. Des pièces romaines ont du circuler longtemps, après tout, on trouvait encore de la petite monnaie de Louis XV sous Louis Philippe.
C'est vrai que certaines monnaies ont circulées très longtemps, j'étais surpris de constater que le 10 cts napoléon 3 n'ait été démonétisé qu'en 1941
avatar
Polo31
Jedi
Jedi

Masculin Messages : 5944
Points : 6291
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 40
Localisation : Toulouse

http://le-feu-de-camp.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le denier de Charlemagne à Philippe-Auguste

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum