Un des évadés d’Alcatraz envoie une lettre au FBI 55 ans plus tard

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Un des évadés d’Alcatraz envoie une lettre au FBI 55 ans plus tard

Message par PAT13 le Mar 11 Sep - 10:52

Alcatraz était autrefois la prison la plus menaçante de la planète. S’en échapper était jugé impossible. Au minimum 36 détenus ont tenté de s’échapper par le passé, mais aucun n’a survécu. Tout a changé un jour en juin 1962. Un groupe de trois hommes a plongé dans les eaux tumultueuses de la baie de San Francisco pour s’échapper de « The Rock ». Leurs destins étaient inconnus jusqu’à ce que la police reçoit une mystérieuse lettre en janvier 2018 qui a tout changé et forcé le FBI à rouvrir son enquête. Lisez la suite pour en savoir plus sur l’incroyable évasion d’Alcatraz et sur ce qui est vraiment arrivé à ceux qui ont réussi à s’en échapper.
C’était une journée de travail comme les autres lorsque le département de police de San Francisco reçut l’une de ses lettres les plus choquantes.
La lettre disait: “Je m’appelle John Anglin. Je me suis échappé d’Alcatraz en juin 1962 avec mon frère Clarence et Frank Morris.”

Le cas de l’évasion d’Alcatraz est l’un des mystères non résolus les plus notoires de l’histoire américaine. Les fonctionnaires de l’époque ont dit que ces trois hommes étaient morts dans les eaux glacées la nuit de l’évasion. Mais était-ce un mensonge? Cette lettre était-elle vraie? Y avait-il une arrière-pensée derrière tout cela?

Le cas des évadés d’Alcatraz a laissé tous les niveaux de la justice perplexes pendant des décennies. Mais soudainement, l’écrivain affirmait qu’il pourrait enfin révéler ce qui s’est vraiment passé cette nuit fatidique. Etait-ce vraiment digne de confiance?

La lettre en question a été reçue par le département de police de San Francisco en 2013 mais a été gardée secrète pendant des années. La raison pour laquelle elle est restée secrète pendant si longtemps est méconnue, mais apparemment, il y avait suffisamment d’informations pour que le Bureau Fédéral des Investigations rouvre son enquête en janvier 2018. Qu’y avait-il de si spécial à ce sujet?

Alcatraz était la prison la plus difficile de la planète jusqu’à sa fermeture en 1963. La prison de sécurité maximale avait été conçue pour empêcher les pires criminels d’entrer en contact avec le reste de la société.


De nombreux prisonniers d’Alcatraz avaient tenté et n’avaient pas réussi à quitter l’île au cours des 29 années où elle avait servie de maison à cette prison de sécurité maximale. Comment ont ils pu faire une évasion d’Alcatraz si spéciale qu’ils ont pu défier et franchir tous les niveaux de sécurité les plus durs de l’époque?

Le plan d’évasion était simple. Les manières de le faire, cependant, étaient presque impossibles et aurait nécessité la coordination de toute une équipe. Ce n’était pas la première fois que des prisonniers tentaient quelque chose comme ça. Des dizaines de détenus avaient déjà tenté de s’échapper d’Alcatraz, alors comment cela a pu être différent?

Dans le passé, aucun des autres détenus n’avaient réussi à mettre ses plans à exécution. Parmi les détenus qui ont pris le risque, 23 ont été attrapés, six ont été abattus essayant de sortir, deux se sont noyés et deux autres ont été simplement annotés comme «disparus ou présumés noyés».


Les membres du groupe qui ont planifié l’évasion la plus célèbre étaient les frères Anglin – John et Clarence , Frank Lee Morris et Allen West. Les quatre hommes avaient leurs cellules proches les une des autres pendant leur incarcération à Alcatraz et beaucoup de temps pour trouver le plan idéal pour sortir.

On sait que John et Clarence Anglin connaissaient Frank Lee Morris depuis leur incarcération à Atlanta. Maintenant à Alcatraz, le plan nécessitait qu’ils rassemblent tout le courage et les ressources nécessaires.


Frank Lee Morris avait un esprit de criminel et s’était déjà échappé de prison auparavant. Il était rusé, compétent et très intelligent. Orphelin à l’âge de 11 ans, il est passé de foyer d’accueil en un foyer d’accueil, a appris à être autonome et à prendre soin de lui-même.
Mais Morris était également un fauteur de troubles, ayant été reconnu coupable de son premier crime à l’âge de 13 ans. Il était destiné à la grandeur, mais pas de la façon dont on aurait pu s’y attendre. Son nom est entré dans les livres d’histoire pour être le meneur de la Grande évasion d’Alcatraz.

A l’age adulte, Frank Lee Morris est rentré en prison à plusieurs reprises et dans différent etats pour finalement purger une peine dans le pénitencier de l’etat de Louisiane surnommé “Alcatraz du Sud”. Aussi impressionnant que cela puisse paraître, Morris avait quelque chose qui pouvait leur servir.

Frank Lee Morris purgea une peine de 10 ans pour un braquage de banque et fit l’inimaginable ; il s’échappa! Pendant plus d’un an, il se fit discret sur la route mais lors d’un autre braquage, il se fit rattrapper. Il fut renvoyé en prison, mais cette fois-ci se fit enfermer à Alcatraz.

Pour une bonne évasion, il faut une équipe. Frank Lee Morris forma cette équipe quand il fut enfermé à Alcatraz, connu aussi sous le nom de “The Rock”. Cette équipe se composait des deux frères John et Clarence Anglin et d’un autre homme connu sous le nom de Allen West..

Les frères Anglin sont nés en Georgie et ont déménagés avec leur famille en Floride pour le travail. Leur parents étaient des fermiers saisonniers et allaient la ou on avait besoin d’eux. A chaque mois de juin, la famille entière (ils étaient d’une fratrie de 13 enfants) partaient dans le nord pour la cueillette des cerises et cela fut utile pour leur évasion d’Alcatraz

John et Clarence Anglin ont appris très jeune à se débrouiller seuls et à se suffir à eux-même, et cela surtout à l’âge adulte. En tant qu’enfant, leur famille allaient dans le nord pour la saison de cueillette de cerises et parfois, ils montaient plus loin comme dans l’etat du Michigan. Pendant ces saisons, les frères ont développés leur compétences de nageurs dans le Lake Michigan où ils étaient vraiment doués.

Ce talent sera d’une grande aide pour leur duo quelques années plus tard. A l’age adulte, les frères Anglin ont commencé à braquer des banques ensemble. Ils furent arrêtés lors d’un braquage en 1956. Mais ce n’était que le début de leur aventures…


Lors de leur incarcération au pénitencier d’Atlanta, les frères Anglin ont essayé de s’échapper de nombreuses fois, sans succès et furent envoyés à Alcatraz, la prison de sécurité maximale. C’est là qu’ils rencontrèrent Frank Morris, le cerveau du groupe.

Ensemble, avec un autre détenu du nom de Allen West, et grace a toute les expériences qu’ils avaient déjà acquise, le groupe des 4 étaient près pour s’échapper ou du moins tenter l’évasion. De là, ils mettront au point leur plan pour l’impossible évasion de “The Rock.”


Heureusement pour leur équipe, Alcatraz n’était pas seulement une prison, c’était aussi une usine. Au pénitencier fédéral, les détenus travaillaient et à “The Rock” il y avait toute les ressources pour les fournir. La prison était utile pour l’armée américaine en fabricant des meubles, des vêtements et des chaussures.

Le groupe des quatre était également chanceux car ils faisaient partie des très rares criminels d’Alcatraz incarcérés pour des crimes non violents. Cela signifiait qu’ils étaient moins surveillés et que les gardiens, toujours vigilants, leur donnaient moins d’attention.

Le gang a commencé à mettre leur plan en action doucement. Il était très complexe, certains diraient même ingénieux. Non seulement, ils allaient s’échapper de l’impénétrable Alcatraz, mais ils allaient aussi laisser derrière eux des mannequins humains..

Ils devaient également trouver une solution pour sortir de l’île en évitant les gardiens. Les gardes d’Alcatraz n’était pas aussi indulgents que les gardes de prison d’aujourd’hui. Toutes les tentatives d’évasion était accueillie avec des balles.




Les membres de l’équipe avaient chacun leur responsabilités, en plus de s’assurer qu’ils soient capable de sortir de leur cellule le soir de l’évasion. Les frères Anglin avaient à charge de s’occuper des mannequins et de les laisser dans les lits vides de la bande.

Ils créèrent les têtes de mannequins grossièrement mais efficacement a partir de cire, de papier toilette et de réels cheveux humains qu’ils volèrent du coiffeur d’Alcatraz. Morris était en charge de modifier un accordéon, comme outils pour gonfler le radeau et les gilets de sauvetages.


Ensemble, l’équipe a également créé des outils pour creuser de leur cellules et dévisser les boulons de l’aération. Ils ont ete capable, extraordinairement de créer des outils à partir d’objets quelconque qu’ils volaient, comme des cuillères à la cafétéria et du bois de l’atelier.

Tous les jours de 17h30 jusqu’à environ 9 heures du soir, ils travaillaient à creuser des trous assez grands pour ramper à travers. Ils enlevaient l’aération dans leurs cellules et utilisaient les pioches pour agrandir les trous.

La bonne nouvelle pour la bande étaient que la prison était déjà vieille et qu’elle s’effondrait à plusieurs endroits. L’eau salée était utilisée pour les douches et le lave-vaisselle ce qui détruisait les tuyaux et coulait à travers les murs de la prison..

Au fil du temps, l’eau salée a érodé le ciment, ce qui a rendu les murs friables. L’eau était également légèrement chauffée, de sorte de ne pas habituer les prisonniers des eaux glaciales de la baie de San Francisco.
Tu penses probablement que quelqu’un aurait du entendre tout ce brouhaha. Et bien non! Grâce aux nouvelles réformes de la prison dans le début des années 60, les détenus avait le droit à a une heure de musique ce qui créait une cacophonie à travers toute la prison.

Morris jouait son accordéon bruyamment chaque fois que c’était possible ce qui provoquait un bruit suffisamment important pour couvrir le bruit qu’ils faisaient en enlevant le ciment. Derrière les cellules, où les trous prenaient forme, se trouvait une galerie technique non surveillée avec des tuyaux qui montaient et descendaient de part et d’autre.

La galerie technique était basiquement une aire de jeux non-surveillée. Si ils étaient capable de faire des trous assez grands, ils pourraient grimper, facilement, les trois étages qui menait au toit. Ils ne leur resteraient plus qu’à prier.

Une fois au sommet, ils devaient atteindre un des larges conduits ouverts sur le toit. Beaucoup de ces conduits étaient cimenté à leur grand désarroi. Mais ils en ont finalement trouvé un qui ne l’était pas et ont été capable d’utiliser leur outils pour l’ouvrir.


En mai 1962, les deux frères Anglin et Morris sont passés à travers les murs de leur cellule. Les trous étaient à peine plus grand qu’eux pour leur permettre de se glisser à l’intérieur, mais c’est tout ce qui leur fallait.

Ils ont été capable de faire le radeau et les vestes de sauvetages en collant et en cousant ensemble des imperméables. Au total ils utilisèrent plus de 50 imperméables pour les fabriquer. Et c’était certainement nécessaire, sinon le groupe se serait certainement noyés dans la baie.

Maintenant que tout était près, tout ce qu’ils leur restaient à faire était d’attendre qu’Allen West termine sa sortie d’évasion et que la bande entière soit prête à partir à tout moment. Le signal est enfin arrivé en juin 1962 mais le plan ne s’est malheureusement pas déroulé comme il l’espérait.

Le 11 juin 1962, Allen West donna le signal aux autres membres du groupe et qu’il avait finalement un trou large assez pour s’y engouffrer. Mais ce qui se passa par la suite, personne n’aurait pu le prédire.

Juste après l’extinction des lumières le jour même, la bande décide de mettre leur plan d’évasion d’Alcatraz en action. Mais s’en sortiront ils tous vivants? C’était la question qui leur torturaient l’esprit. Mais l’envie de vivre une vie de liberté, en dehors de la prison était trop excitante.

Ils étaient prêt à tout pour sortir d’Alcatraz, même s’ils devaient risquer leur vie. L’adrénaline pompait dans leurs veines ce soir-là juste à l’idée de sortir. Après que la lumière se soit éteinte cette nuit-là, ils ont rapidement mis leur illusions en place et sont sortis de leurs cellules.

Les frères Anglin et Morris eurent facile à sortir de leur cellule par contre Allen West eut des difficultés. Même s’il avait informé le groupe que son trou était assez grand pour sortir, il avait apparemment mal-jugé la taille et aurait dû faire un trou un peu plus grand.

Frank Lee Morris essaya d’aider West tant qu’il a pu, mais le ciment ne bougeait pas. Au alentour de 21:30, Morris demanda à West de lui passer un verre d’eau. Puis ils arrivèrent à la conclusion que West devrait être laissé derrière.


Laisser un membre de l’équipe derrière n’était certainement pas une décision facile, surtout après avoir travaillé des mois ensemble. Mais le groupe n’avait pas énormément d’options. S’ils faisaient trop de bruit en agrandissant le trou de la cellule de West, ils auraient pu attirer l’attention des gardes.

Donc West en prit une pour l’équipe. Et il pouvait même les aider en allégeant le radeau d’une personne. A partir de là, le groupe des 3 hommes démarrèrent leur ascension. Ils grimpèrent 10 mètres de plomberie de la galerie technique.

Morris et les frères Anglin arrivèrent de leur cellule au toit assez facilement. Avec leur coeur battant ils continuèrent et parcouru 30 mètres sur le toit avant de commencer leur descente. Les trois descendèrent 16 mètres sur le côté de la tuyauterie du bâtiment avant d’arriver au sol.

Ils atterrirent au sol près des douches et durent passer silencieusement à côté des gardes. La bande des trois réussit à ne pas éveiller les soupçons d’un seul garde tout en arrivant à la rive, où ils s’arrêtèrent pour gonfler leur radeau et leur veste de sauvetage.

C’était la dernière fois que l’on voyait encore Frank Lee Morris et les frères Anglin, John et Clarence. Ils prirent place dans leur radeau d’infortune au alentour de 23:30 de la nuit et on entendit plus parler d’eux. Ce ne fut que le lendemain matin qu’ils furent portés disparu.

Très tôt le matin, tous les résidents d’Alcatraz furent réveillés par des sirènes hurlantes. La plupart d’entre eux étaient confus. Personne ne s’imaginait que quelqu’un s’était echapper de “The Rock”. C’était impenetrable. Mais ils apprirent assez vite que trois de leur détenus s’étaient effectivement échappé.

Allen West avait peut-être été laissé pour compte, mais il n’avait pourtant pas abandonné. Il continua à creuser pour que le trou de sa cellule soit assez grand pour qu’il se faufile à travers et il réussit finalement. Ravi, il courut après les trois autres

West réussit à sortir de sa cellule et à grimper sur le toit, mais au moment où il arriva, les trois autres étaient déjà partis depuis longtemps. Il était face à deux situations. Celle de partir en mer sans radeau, un exploit qui l’aurait tué ou de retourner dans sa cellule.


Allen West prit finalement à contrecœur le choix de retourner dans sa cellule et d’attendre jusqu’au matin quand l’évasion des trois détenus fut découverte. Le matin, les alarmes se declenchèrent et la prison fut fouillé entièrement.

West coopéra avec les autorités en leur disant tout ce qu’il savait. Aurait-il dit toute la vérité? Nous ne pourrons jamais le savoir. Il leur confia que les trois autres s’étaient dirigés vers l’iles des Anges et qu’une fois la bas, leur plan consistait à voler une voiture, quelques vêtements et à se séparer.

Il y avait pourtant un problème au déclaration de West. Aucun vol de voiture n’avait été déclaré dans cette zone, ni même les 20 jours suivants l’évasion. Ils avaient peut être du accosté ailleurs par erreur ou par choix, ou Morris et les frères Anglin n’y étaient pas arriver.

West dit aussi aux autorités qu’il était le penseur de cette idée, qu’il était le cerveau derrière ce plan de génie. Le FBI fut appelé et une enquête s’ouvra pour découvrir si le trio avait survécu.

Après de longues recherches, aucun corps ne fut retrouvés, malgré que l’on retrouva certaines de leur affaires, flottantes, dans les eaux de la baie. La température de l’eau devait être entre 10 et 12 degrés, la nuit de l’evasion. La baie de San Francisco étant connue pour avoir les eaux les plus froides à chaque moment de l’année.

Les experts conclurent qu’un homme adulte pouvait survivre plus de 20 minutes dans ces eaux glaciales avant que ses fonctions vitales ne soient touchées. Les détenus n’avait pas pu non s’acclimater à la température des eaux glacées, car les eaux de la prison étaient maintenue intentionnellement plus élevée.


Environ un mois après l’évasion, un cargo norvégien signala un corps à environ 27kms du Golden Gate Bridge. Le corps portait des vêtements semblables à ceux portés par les prisonniers d’Alcatraz. Le rapport arriva tardivement ce qui leur empêcha de retrouver le corps.

Les investigations ont continué pendant des années sans succès, pour que finalement le 31 décembre 1979, 17 ans après l’évasion, le FBI ferme l’enquête. Le FBI conclu que les détenus s’étaient probablement noyés dans la baie de San Francisco. Pourtant, de nombreux indices contraires étaient apparus au fil des années.


The History Channel a révélé dans un documentaire de 2015 que les frères Anglin avaient réussi à s’échapper. En donnant comme exemple, les cartes de Noël signées, reçue par la famille et où l’écriture fut confirmée comme la leur. Sans pour autant déterminer une date de livraison.

La famille Anglin a également présenté une photographie des deux frères pris au Brésil en 1975. Des experts légistes ont analysé l’image et conclu que c’était «plus que probable» que cela soit John et Clarence Anglin.

Un autre élément prouvant le succès de l’évasion fut une confession sur le lit de mort d’un de la fratrie Anglin, Robert. Il avoua qu’il fut en contact avec John et Clarence de 1963 à 1987, avant de perdre le contact

Les membres de la famille Anglin ont été dissuadés de se mettre à la recherche de leurs frères au Brésil, car leur évasion d’Alcatraz restait une enquête d’Interpol active. Et que s’ils étaient retrouvés, les sanctions aurait été sévères.


La lettre choquante de 2013, prétendant être de John Anglin, a semblé confirmer et nier beaucoup de rumeurs répandues au cours des années. “Oui nous l’avons fait cette nuit là mais de justesse! … J’ai 83 ans et je suis en mauvaise posture. J’ai un cancer”, a déclaré la lettre. « Frank est décédé en octobre 2008. Sa tombe est en Argentine sous un autre nom. Mon frère est mort en 2011. »

Plus bas dans la lettre, l’auteur clamant être John Anglin révéla les lieux où il habita après son évasion d’Alcatraz. « C’est la vérité réelle et honnête. Je pourrais vous dire que pendant sept ans j’ai vécu å Minot dans le Dakota du Nord et un an à Fargo »

Certaines parties de la lettre étaient illisibles mais un rapport de la BBC interpreta qu’il aurait vécu comme il l’écrit “la plupart de mes années de cavale” à Seattle. L’information découverte dans la suite de la lettre s’avèra être une véritable bombe.

La lettre du supposé John Anglin se termina simplement en leur informant qu’il vivait au Sud de la Californie. Etait il possible que le criminel qui avait réussi l’évasion la plus audacieuses de l’histoire habitait seulement à quelques heures de San Francisco?

L’auteur qui se trouvait en mauvaise santé espérait, par cet aveu, obtenir de l’aide, même si cela impliquait de retourner en prison. Il tenta de négocier un accord non conventionnel avec les forces de l’ordre. Pourrait-ils être d’accord avec les demandes de l’écrivain?

On pouvait lire dans la lettre :”Si vous annoncez à la télévision que je n’irais pas en prison plus d’un an et que je recevrai des soins médicaux. Je vous dirai exactement où je me trouve. Ce n’est pas une blague..”

Avant de pouvoir répondre aux demandes, les forces de l’ordre ont dû enquêter sur la lettre. En analysant chaque détails minutieusement pour voir s’ils pouvaient trouvé d’autres indices.


Selon les US Marshals, le laboratoire du FBI aurait soigneusement examinée la lettre pour détecter d’éventuelles traces d’ADN laissées sur le papier, ou des empreintes digitales. Ils ont également comparé des échantillons d’écritures avec des lettres que les trois hommes avaient écrit en prison. Et ce qu’ils ont eu comme résultat?

La télévision locale CBS à San Francisco, KPIX, publia la lettre, en rapportant que « les résultats du FBI n’étaient pas concluants. » Un des experts de la sécurité estima que les reponse du FBI étaient beaucoup trop floues pour accorder de l’authenticité à la lettre.


Dans le passé, les services américains ont dit qu’il était “possible » que les trois hommes aient survécu après leur évasion. Après la publication de la lettre en janvier 2018, un représentant du Service a déclaré au Washington Post qu’il ne croyait pas que la lettre était légitime.

Selon le même article, il semblerait que les Marshals aurait continué leur enquête jusqu’à ce qu’ils prouvent leur mort où qu’ils atteignent l’âge de 99 ans. Cependant, lors de la fermeture de l’enquête du FBI en 1979, il y aurait écrit qu’après les 17 ans de recherches ils n’auraient trouvé aucun élément crédible pouvant prouver que ces hommes soient encore en vie, aux Etats-Unis ou à l’étranger.


La lettre n’a été révélée publiquement qu’après la révélation de la chaîne locale de San Francisco CBS, KPIX, montrant une copie de la lettre reçue d’une source inconnue. Les Marshals ont dû fournir une explication après la publication de la lettre..

“Il n’y a absolument aucune raison de croire que l’un d’entre eux aurait changé de style de vie et serait devenu un citoyen modèle après cette évasion », pouvait-on lire dans le communiqué. Rappelez-vous que les Marshals ont été les seuls à laisser l’affaire ouverte et ont continué à enquêter. Leur opinion est donc importante.
Saurons nous un jour vraiment ce qui s’est passé?


n 2014, une équipe de chercheurs réussit à calculer, par un modèle informatique, que si les trois détenus étaient partis vers minuit, les courants marins auraient pu joué en leur faveur et ils auraient probablement survécu. Alors que s’est-il vraiment passé?

“Il y a toujours un mandat d’arrêt contre eux, et nous n’abandonnerons pas les recherches” déclaré le représentant des Marshals a la NPR – Radio nationale publique, en 2009.
En effet, il y aurait encore beaucoup de choses à entendre de la part de ceux qui se serait échappé d’Alcatraz.


Jim Albright fut le dernier garde a quitté Alcatraz. Il donna une interview révelatrices a AB7 San Francisco, en mars 2018, lors des 55 ans de fermeture de la prison. On lui demanda s’il pensait que les détenus avaient pu survivre ou s’ils s’étaient noyés, d’après sa présence sur les lieux..

« Cela dépend si vous me demandez ou si vous demandez à leur mère. Je pense sincèrement qu’ils se sont noyés” a déclaré Albright dans l’interview. Il pense également que l’auteur de la lettre prétendant être John Anglin est simplement quelqu’un essayant d’obtenir le traitement pour son cancer et pas le véritable homme en cavale.



Pourtant, à ce jour, il n’y a toujours aucune preuve que Frank Lee Morris, John Anglin et Clarence Anglin aient survécu à l’évasion d’Alcatraz. Et personne ne sait si les forces de l’ordre ont contacté l’auteur de la lettre de 2013.

Si les trois prétendus évadés devaient être vivants, John Anglin aurait 86 ans, Clarence Anglin aurait 87 ans et Frank Morris aurait 90 ans. Il s’avère, même à leur âge, qu’ils seront toujours responsables de leurs crimes pendant encore au moins une décennie.

Si vous avez eu du plaisir à découvrir la réelle histoire derrière la grande évasion d’Alcatraz, partagez l’article. Merci!



















avatar
PAT13
Admin

Masculin Messages : 5251
Points : 5641
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 64
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un des évadés d’Alcatraz envoie une lettre au FBI 55 ans plus tard

Message par Le Nain le Mar 11 Sep - 14:17

Il y a eu un film, avec Clint Eastwood, qui n'était pas mal, si mes souvenirs sont bons.

_________________
Huic superes tu qui superes successor honoris ;
Degener es si degener a laude prioris.

Epitaphe du roi Louis VII.
avatar
Le Nain
Moderateur
Moderateur

Messages : 3887
Points : 4069
Date d'inscription : 18/04/2014
Age : 61

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum