Petit Objet à identifier

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petit Objet à identifier

Message par Patrix le Dim 13 Mar - 23:12

Bonjour,

Avez-vous une idée ?

Petit objet en étain
Diamètre de la partie circulaire : 21 mm
Masse : 6, 5 g
Je ne vois pas de trace de charnière, mais il semble que l'objet pouvait accueillir un couvercle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Patrix
Valet d'arme
Valet d'arme

Masculin Messages : 273
Points : 475
Date d'inscription : 03/11/2014
Age : 51
Localisation : Nord du 13

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit Objet à identifier

Message par olivierh le Dim 13 Mar - 23:22

le logo, l'écu placé au centre, rappelle le logo qu'on voit sur les montres à gousset. Alors, imitation ? montre-jouet ? L'imitation du remontoir m'y ferait penser
j'ai pensé aussi à une ancienne montre à poudre ca 1920.


Dernière édition par olivierh le Lun 14 Mar - 0:25, édité 1 fois

_________________
Je connais un moyen de ne pas vieillir : c'est d'accueillir les années comme elles viennent et avec le sourire... un sourire, c'est toujours jeune
A cœur vaillant rien d'impossible
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
olivierh
Jedi
Jedi

Masculin Messages : 3624
Points : 4520
Date d'inscription : 11/10/2014
Age : 55
Localisation : tahiti

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit Objet à identifier

Message par olivierh le Lun 14 Mar - 0:12

Les balbutiements de l’horlogerie
En 1511 à Nuremberg, un horloger nommé Hele créa le prototype de la première montre portative, capable de donner l’heure quarante heures durant. Peut-on cependant la définir comme une montre dans le sens où nous l’entendons aujourd’hui ? Le terme peut prêter à confusion, car on a souvent désigné sous le nom de montre le cadran des horloges. Par extension, le terme a désigné l’horloge elle-même. Et jusqu’au XVIIe siècle, quand on rencontre le mot «montre» dans les inventaires, on ne peut savoir s’il s’agit d’une montre ou d’une horloge. Quelques dizaines d’années plus tard, le centre de l’horlogerie mondiale se déplaça à Blois, résidence royale et important centre d’activité. Julien Coudray, sous le règne de Louis XII et de François Ier, fut le premier grand horloger français. La profession, aussi nouvelle que l’objet, paraissait pleine d’avenir, à tel point qu’en 1544, François Ier en fixa les statuts. Parmi les nouvelles obligations de cette corporation, celle pour les maîtres de marquer leurs ouvrages. Rapidement, Blois fit des émules et d’autres centres horlogers se créèrent à Autun, Rouen, Paris, Lyon, La Rochelle, Sedan, Dijon et Grenoble. Mais, disons-le sans détour : sur le marché, les montres de la première moitié du XVIe siècle sont rarissimes ! Les toutes premières étaient sphériques : c’est le cas de la première pièce française, exécutée par Jacques de la Garde en 1551 et conservée au Louvre. L’essentiel des montres françaises datant du XVIe siècle sont aujourd’hui dans des musées, les spécimens du XVIIe siècle étant un peu moins rares. D’autres formes de montres firent leur apparition, comme le tambour ou le rond. Elles étaient alors plus souvent pendues à une chaîne autour du cou que portées dans la poche. Les plus courantes, au début du XVIIe siècle, étaient de forme ovale, légèrement bombées, les côtés droits et percés de motifs décoratifs et ciselés. On retrouve néanmoins à cette époque beaucoup de montres octogonales. Mais on rencontre parfois des formes moins banales : croix, crâne, globe terrestre, tulipe... Comme au siècle précédent, elles avaient généralement leur boîte en métal doré, souvent percé, ciselé et gravé. Le cadran était protégé par un couvercle, en métal à l’origine, puis transparent, généralement en cristal de roche, pour permettre de lire l’heure. Sous Louis XIV, les montres ressemblaient à une boule aplatie. Au XVIIIe siècle, elles devinrent plus élégantes et moins épaisses. Autre innovation du siècle : le remplacement de l’acier par des pierres fines d’une grande dureté, comme le rubis, pour diminuer l’usure produite par le frottement des pivots des diverses roues en les faisant porter sur des pierres dures. À cette époque, le luxe apporté à la décoration de ces montres explique l’engouement des amateurs à travers toute l’Europe. En sortant des ateliers, elles atteignaient des prix ahurissants !

Vers l’horlogerie moderne
Dès la fin du XVIe siècle, l’émail champlevé fit son apparition sur le cadran des montres allemandes, mais l’émail revêtit toute son importance après 1630 lorsque l’orfèvre Jean Toutin remit à l’honneur le procédé de la peinture sur émail. À partir du deuxième tiers du XVIIe siècle, les montres prirent la forme d’une bassine, ouvrant la voie à de nombreux miniaturistes. Les fils Toutin, installés à Blois, suivirent les traces de leur père. Après avoir été le centre de l’horlogerie, Blois devint le centre de peinture sur émail, inspirant les artisans par-delà les frontières, de Paris jusqu’à Genève, où de nombreux horlogers prostestants chassés par l’édit de Nantes trouvèrent refuge. Malgré tout leur raffinement, les montres de cette époque n’étaient encore que des jouets de luxe et n’indiquaient qu’une heure très approximative. L’écart pouvait atteindre deux heures et il fallait remonter sa montre deux fois par jour ! Dans ces conditions, impossible d’indiquer les minutes. Cela n’empêcha pas les horlogers de s’amuser – ou d’amuser leurs clients – en compliquant les montres à l’envi. Certaines sonnaient tous les quarts d’heure, d’autres indiquaient les phases lunaires ou les signes du zodiaque. Puis vint le Néerlandais Christian Huygens, qui créa le pendule régulateur ; une invention capitale dans l’histoire de l’horlogerie, malheureusement non encore applicable au mouvement des montres. Pour ces dernières, il créa le spiral, entre 1665 et 1675, qui permettait de réguler l’amplitude du balancier. Grâce à sa découverte, les meilleures réalisations n’accusaient alors qu’un écart de cinq à dix minutes. Forts de cette trouvaille, des horlogers anglais tentèrent d’aller encore plus loin en imaginant de compter les minutes. Jusque-là, les montres n’avaient qu’une aiguille, celle des heures. Il fallut donc attendre les années 1690 pour que celle des minutes fasse son apparition en Angleterre. Cette nouveauté fut généralisée vingt ou trente ans plus tard, ce qui permit aux Anglais de prendre une bonne longueur d’avance dans la discipline et ce, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. À cette même période, le savant français Camus inventa les montres à seconde, capables de marcher un an sans être remontées. À la fin du XVIIIe siècle, la plupart des inventions mécaniques que nous connaissons aujourd’hui existaient. En d’autres termes, pendant près de deux cents ans, l’horlogerie vécut sur ses acquis, jusqu’à l’arrivée du quartz en 1967.

_________________
Je connais un moyen de ne pas vieillir : c'est d'accueillir les années comme elles viennent et avec le sourire... un sourire, c'est toujours jeune
A cœur vaillant rien d'impossible
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
olivierh
Jedi
Jedi

Masculin Messages : 3624
Points : 4520
Date d'inscription : 11/10/2014
Age : 55
Localisation : tahiti

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit Objet à identifier

Message par PAT13 le Lun 14 Mar - 8:35

Patrix a écrit:Bonjour,

Avez-vous une idée ?

Petit objet en étain
Diamètre de la partie circulaire : 21 mm
Masse : 6, 5 g
Je ne vois pas de trace de charnière, mais il semble que l'objet pouvait accueillir un couvercle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ou bien un couvercle lui même .
avatar
PAT13
Admin

Masculin Messages : 4516
Points : 4760
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 63
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit Objet à identifier

Message par damau le Lun 14 Mar - 11:17

Merci pour cet historique très intéressant sur l'horlogerie.
avatar
damau
Ecuyer
Ecuyer

Masculin Messages : 852
Points : 1100
Date d'inscription : 27/08/2014
Age : 68
Localisation : LES CORBIERES

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit Objet à identifier

Message par sikander le Lun 14 Mar - 17:17

Salut
Le sous-sol n'a pas fini de nous étonner, drôle d'objet . En tapant "Cabochon ancien" et image, on trouve des objets similaires , mais par-contre, je n'ai pas trop compris son utilité, à part peut-être un élément de décoration
avatar
sikander
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 642
Points : 766
Date d'inscription : 16/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit Objet à identifier

Message par Luciole le Lun 14 Mar - 18:53

sikander a écrit:Salut
Le sous-sol n'a pas fini de nous étonner, drôle d'objet . En tapant "Cabochon ancien" et image, on trouve des objets similaires , mais par-contre, je n'ai pas trop compris son utilité, à part  peut-être un élément de décoration
C'est vrai que je me demande à quoi ça pouvait bien servir. Avec un diamètre de 2 cm, à par pour écraser sa clope je vois pas.

_________________
VINCIT OMNIA VERITAS                                                                                                
avatar
Luciole
Moderateur
Moderateur

Masculin Messages : 3308
Points : 3396
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 50
Localisation : Jura

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit Objet à identifier

Message par Patrix le Mar 15 Mar - 9:58

Merci Olivierh pour toutes ces explications fort intéressantes.
avatar
Patrix
Valet d'arme
Valet d'arme

Masculin Messages : 273
Points : 475
Date d'inscription : 03/11/2014
Age : 51
Localisation : Nord du 13

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit Objet à identifier

Message par olivierh le Mer 16 Mar - 7:09

De mémoire, me revient un détail historique.

de façon assez étonnante, les progrès de l'horlogerie eurent des conséquences sur la géographie du Monde.

Avant l'invention du chronomètre de Harrison, les horloges battaient la seconde grâce à un pendule qui se balançait; il suffisait de régler la longueur du pendule pour corriger la période du battement. Evidemment, si on secoue le pendule, l'horloge ne fonctionne plus. En conséquence, il était impossible d'emporter une horloge qui fonctionne sur un bateau, le roulis et le tangage la dérèglait en quelques minutes.Pourtant, sur un bateau , on a absolument besoin de savoir l'heure. Pas pour l'heure des repas , mais pour connaître la position du bateau en longitude !!!!!

La latitude, on la mesurait depuis longtemps assez précisément en mesurant la hauteur de certaines étoiles.

Pour la longitude, c'était plus difficile. On pouvait mesurer le cap et la vitesse du bateau (au loch) : ce n'était pas très précis. On pouvait aussi faire des mesures très compliquées d'astronomie, pas vraiment faciles à faire en mer quand ça bouge. Enfin, on pouvait noter l'heure du passage du soleil au zénith, et calculer le décalage par rapport à l'heure de midi. Si le soleil passait au zénith à 14 heures, il y avait 2 heures de décalage :
360 degrés correspondent à un tour de la terre = 24 heures,
donc 2 heures correspond à 360 / 24 *2 = 30 degrés.
le bateau s'était donc déplacé de 30 degrés en longitude par rapport au lieu où on avait réglé l'horloge. Encore faut-il que l'horloge du bord reste à l'heure !

Grâce à l'invention de Huygens et de Harrison, on put fabriquer des "montres" ou "chronomètres" sans balancier, qui fonctionnaient même en pleine tempête  et qui ne prenaient pas de retard ! Cook en emporta un lors de son deuxième voyage, en 1772, ce qui lui facilita beaucoup la tâche.
Cette invention fut gardée secrète par les anglais qui voulaient garder l'avantage sur les mers, faire des cartes précises et coloniser de nouvelles terres avant tous les autres pays.
Heureusement, il y eut des fuites ! et bientôt, toutes les marines équipèrent leurs bateaux de chronomètres précis, ce qui permit enfin de savoir où on se trouvait exactement en mer.

Le chronomètre H4 : quatrième prototype fabriqué par Harrison en 1759.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

c'est grâce à ces difficultés de mesurer la longitude que les mutinés de la Bounty purent s'échapper et vivre sur l'île de Pitcairn sans être repris par la Navy : l'île de Pitcairn, découverte en 1767, était mal placée sur les cartes des premiers découvreurs de plusieurs centaines de kilomètres. Jusqu'à ce qu'un baleinier, le Topaz, redécouvre l'île par hasard en 1808, et le dernier mutin, John Adams.

_________________
Je connais un moyen de ne pas vieillir : c'est d'accueillir les années comme elles viennent et avec le sourire... un sourire, c'est toujours jeune
A cœur vaillant rien d'impossible
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
olivierh
Jedi
Jedi

Masculin Messages : 3624
Points : 4520
Date d'inscription : 11/10/2014
Age : 55
Localisation : tahiti

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit Objet à identifier

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum